Récital de piano par Racha Arodaky, le mardi 21 juin 2011 à 19h30 au Bustan Palace, Auditorium Oman [ar]

L’Ambassade de France à Mascate, en collaboration avec le ministère du Patrimoine et de la Culture omanais, a pris part à la 30ème édition de la Fête de la musique. Placé sous le patronage de Son Excellence Salim Almahruqi, Sous-secrétaire au Patrimoine au ministère du Patrimoine et de la Culture, un récital de piano classique de la virtuose française d’exception, Racha Arodaky a été donné le 21 juin au Bustan Palace.

Cette journée de célébration dédiée à la musique et aux musiciens est désormais organisée dans le monde entier. La présence d’une grande artiste française au Sultanat d’Oman a illustré notre attachement au développement des relations culturelles entre nos deux pays et le soutien de nos amis du ministère omanais du Patrimoine et de la Culture à des échanges toujours plus intenses.

L’esprit de la Fête de la Musique

Depuis 1982 en France, la Fête de la Musique est organisée chaque année à la même date : le 21 juin. Aujourd’hui, la Fête de la Musique célèbre ses 30 ans d’existence dans plus de 120 pays. Elle s’adresse à tous ceux qui aiment la musique et toutes les musiques.
Quand Maurice Fleuret devient Directeur de la Musique et de la Danse en octobre 1981, nommé par le ministre français de la Culture Jack Lang, il veut appliquer un nouveau mode de diffusion culturelle : "la musique partout et le concert nulle part". Découvrant en 1982, à l’occasion d’une étude sur les pratiques culturelles des Français, que cinq millions de personnes dont un jeune sur deux, jouent d’un instrument de musique, il souhaite faire descendre les musiciens en herbe dans la rue.
C’est ainsi qu’en quelques semaines, la Fête de la Musique est lancée, le 21 juin 1982, jour du solstice d’été.
La Fête de la musique commence à " s’exporter " en 1985, à l’occasion de l’Année européenne de la musique. En moins de quinze ans, elle sera reprise dans plus de cent pays, sur les cinq continents.
Succès international et phénomène de société, la Fête est aussi porteuse des nouvelles tendances musicales, avec le renouveau des musiques traditionnelles, l’explosion des musiques du monde, le développement des chorales, l’apparition du rap, de la techno, le retour au carnaval musical...
Sa réussite est d’abord celle des multiples réseaux qui s’activent en prévision du 21 juin. Ils peuvent être institutionnels, comme les Théâtres Lyriques, les Orchestres nationaux et régionaux, les Ensembles de musique de chambre, les Conservatoires, les Ecoles de musique…
La vitalité de la Fête de la Musique provient des énergies de tous les volontaires qui se mobilisent pour apporter à cette journée exceptionnelle son caractère spontané et son allure de transgression joyeuse.
La Fête continue trente années plus tard de manifester sa capacité à se réinventer, en associant tous les publics.

RACHA ARODAKY- Biographie

Racha Arodaky étudie au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de Dominique Merlet. Elle obtient son Premier Prix à 16 ans et part se confronter à la mythique école russe au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou avec Yevgueni Malinine. Sa rencontre avec Murray Perahia, dont elle devient pendant plusieurs années une des rares élèves, parachève son cheminement vers les grandes traditions pianistiques.
Si Racha Arodaky est aujourd’hui une artiste confirmée, elle le doit non seulement à sa maîtrise technique, mais également à l’authenticité de sa personnalité. La musique n’est pas que l’art des sons, elle est avant tout une affaire humaine.
Racha Arodaky s’intéresse aussi bien au répertoire Romantique que Baroque. Elle donne des récitals dans des salles aussi différentes que la Salle Pleyel à Paris, le Barge Music à New York, ou encore l’Opéra du Caire.
Son écoute unique et son sens du style en font également une partenaire appréciée par de prestigieux orchestres comme l’Orchestre National de France ou l’Orchestre Symphonique de Belgrade.

Dernière modification : 03/03/2012

Haut de page