Premiers contacts sous l’Ancien Regime

Les premiers contacts franco-omanais remontent aux années 1660, époque à laquelle des navires marchands de la Compagnie des Indes, commerçant avec le Golfe Persique, font escale au port de Mascate, qui est l’une des meilleures rades de la région.

Les Mascatins viennent alors de se débarrasser de la tutelle portugaise (1508-1649), et le commerce maritime omanais connaît un essor rapide à la fin du XVIIème siècle et au début du XVIIIème.

A partir de 1750, les échanges entre la France et Oman prennent, sur fond de trafic marchand, de guerre de course et de rivalité franco-anglo-hollandaise, un tour concret : pour les besoins du commerce comme pour ceux de la police maritime, les relations s’intensifient entre l’île de France (l’actuelle Ile Maurice), l’île Bourbon (l’actuelle Ile de la Réunion) et Oman, avec ses dépendances de Zanzibar et de la côte swahilie d’Afrique de l’Est.

A Mascate, le pouvoir de l’Imam AHMED, fondateur de la dynastie des AL BUSAIDI, s’affermit depuis 1744. La ville est devenue le principal entrepôt et le premier port commercial du Golfe, tandis que les positions omanaises en Afrique orientale se consolident. La France juge à propos d’institutionnaliser ses relations avec cet important partenaire : en 1775, elle reçoit de l’Imam AHMED la permission d’établir un comptoir à Mascate, puis, en 1786, obtient du Sultan HAMID l’autorisation d’y nommer un représentant officiel.

Dernière modification : 17/10/2011

Haut de page